URGENCE AFRIQUE AU MALI

Avec le Niger, le Mali est un des plus grands pays d’Afrique de l’Ouest, dont la superficie équivaut à plus de 2 fois la France. Ce qui explique les fortes disparités culturelles, linguistiques, mais aussi en termes de patrimoines, de climats, et de paysages. L’aide humanitaire était présente depuis fort longtemps et intervenait dans tous les secteurs importants de la santé et de l’éducation. Néanmoins les événements terroristes récents dans le pays ont contraint la quasi-totalité des ONG a quitter le pays. Urgence Afrique y a d’ailleurs cessé ses activités en 2011.

Le Mali en chiffres

1 240 000 KM2

de superficie

20,25 MILLIONS

d'habitans

48%

Parts des moins de 15 ans

84%

Taux de scolarisation

LES PROGRAMMES RÉALISÉS AU MALI

2009>2011 : Programmes d’éducation, de santé et de reforestation à Dioulafondo

Nous secteur d’intervention principal était situé à côté de Siby dans le village de Dioulafondo situé à environ 40 km de Bamako. Les enfants constituaient notre première préoccupation au Mali car leur condition en milieu rural n’est pas facile : la tradition veut tout d’abord que la nourriture disponible soit distribuée aux plus âgés, les enfants venant en bon dernier.

Par ailleurs, la pauvreté en milieu rural ne favorise pas un bon suivi sanitaire des enfants d’où un triste record détenu par le Mali du plus grand nombre de décès des moins de 5 ans. Nous avons priorisé l’accès à la santé des enfants dans les zones où nous intervenions en assurant la gratuité des soins. Nous intervenions également dans les écoles à titre sanitaire mais aussi pour le soutien éducatif, le financement de l’accès à l’école et le développement des activités para scolaires. Les femmes constituaient l’autre cible prioritaire, car leur condition est également très difficile dans les villages. Corvéables à merci, interdites de titres de propriété, dépendantes légalement de leur mari, elles manifestent de plus en plus leur volonté d’une vie meilleure. Nous leur apportions donc notre appui dans le cadre des groupements et nous imaginions et mettions en place ensemble les activités économiques qui pouvaient contribuer à leur mieux être.

Enfin, nous étions également très actifs au Mali dans le domaine de la reforestation car la zone où nous intervenions subissait la pression de Bamako pour la fourniture de bois de chauffe et le charbon de bois. Nous avions donc suscité la création de comités de planteurs. Nous avons également installé plus de 400 tableaux numériques interactifs dans le cadre du programme Sankoré, initié par le Ministère français des Affaires étrangères.

Urgence Afrique n’a pas de programmes en cours au Mali